Congrès de Die Linke en Allemagne : un débat inquiétant (L’Humanité)

Le congrès de Die Linke aura lieu ce week-end. Un débat vif s’y déroule : quelques dirigeants avancent des thèses populistes et critiquent l’ouverture (temporaire) des frontières  pratiquée par Angela Merkel, soutenant parfois des positions dangereuses qui aboutissent à faire un tri parmi les couches défavorisées. Il prônent aussi (avec le soutien de J. L. Mélenchon) une évolution “mouvementiste” du parti. On trouvera plus d’informations sur :

Allemagne. Congrès vital pour Die Linke et l’avenir de la gauche

Extraits :

À Leipzig, où il va tenir de vendredi à dimanche son congrès, le parti Die Linke va se confronter à des choix d’orientation vitaux. Bilan de la période antérieure et élection des directions sont au menu de ces assises. Mais ces questions seront surmontées par un débat qui nourrit une formidable controverse interne depuis des mois sur l’avenir même de la formation et plus généralement de la gauche en Allemagne.

Coprésidente du groupe Die Linke au Bundestag, Sahra Wagenknecht a décidé de lancer outre-Rhin un mouvement sur le modèle, dit-elle, de la France insoumise ou de Podemos, afin de rassembler « une gauche devenue minoritaire » et de « créer une alternative crédible » à la grande coalition dans laquelle se fourvoie à nouveau le SPD. L’initiative, qui a reçu le soutien appuyé de Jean-Luc Mélenchon, a alimenté une confrontation très rude avec le tandem de direction sortant du parti composé de Katja Kipping et Bernd Riexinger. Principale pomme de discorde : l’immigration…

Sahra Wagenknecht dénonce la politique momentanée d’ouverture des frontières pratiquée en 2015 par la chancelière comme un élément de sa stratégie néolibérale. Elle accuse le gouvernement fédéral d’avoir alors « décidé d’accueillir beaucoup de réfugiés ». Sans se préoccuper « des charges qui iraient sur les plus pauvres ». Et elle pousse régulièrement cette logique jusqu’à de redoutables « dérapages ». Comme lorsqu’elle défendit en février dernier l’organisateur de la soupe populaire d’Essen, dans la Ruhr. Sous prétexte d’être débordé, cet homme avait pris la décision fortement controversée d’interdire l’accès aux repas à « tout nouvel hôte étranger »…

juin 8, 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *