Fermeture des hôpitaux, le petit ZPL fait le point + vidéo

Voici un article du “Petit ZPL”, Zone de Publication Libre, de Palaiseau et au delà, qui résume la situation. https://lepetitzpl.zpl.zone/

« L’hôpital qui cache le désert

Parmi les projets du plateau de Saclay, il y a, d’ici 2024, la construction d’un hôpital public sur le site de Corbeville. L’Agence Régionale de Santé (ARS), porteuse du projet, annonce des équipements de pointe, des partenariats avec les scientifiques du coin, 416 lits ainsi qu’un service ambulatoire ultra performant et askip 800 places de parking… Cool non ?

Alors, pourquoi des syndicalistes, associatifs, élu⋅e⋅s, citoyen⋅ne⋅s s’y opposent ?

Pas content⋅e⋅s ces rageux⋅ses, d’avoir un nouvel hôpital ? Pour savoir pourquoi ils⋅elles râlent, on a interviewé deux membres de la CGT et un représentant du Comité de défense des hôpitaux Nord Essonne.

L’hôpital unique

L’hôpital, ils⋅elles ne sont pas contre, leur souci, c’est qu’on l’appelle « l’hôpital unique »… Pas parce qu’il sera exceptionnel mais parce que sa construction entraînera la fermeture de ceux de Juvisy, Longjumeau et Orsay. On passe de 985 lits et places répartis sur le territoire à 416 lits et places sur le plateau, la zone la mieux desservie du coin #ironie. Bon courage aux pompiers de Juvisy qui devront prendre la 118 avec une urgence vitale ! Au passage, les syndicats estiment à 900 les suppressions de postes liées au projet. Vive les non remplacements en cas de départ et vive la surcharge de travail sur des personnels déjà débordés.

L’ARS et M. Guillaume Wasmer, un des responsables du projet, répondent à nos doutes. Pas besoin de plus de lits car le nouvel hôpital sera au max en ce qui concerne l’ambulatoire (les malades arrivent le matin et repartent le soir) et ils aimeraient qu’on dise réorganisation au lieu de fermeture car l’offre de proximité sera maintenue avec l’ouverture de Centres de Consultations et de Soins d’Urgences (CCSU) à Longjumeau, Juvisy et (Sainte Geneviève des Bois). Ces paroles rassurantes cachent des réalités inquiétantes. L’ambulatoire ne concerne qu’une partie des malades et nécessite un suivi par des médecins, infirmier⋅ère⋅s, kinés. En fait pas si nombreux en ville. Les CCSU n’ont d’urgence que le nom, puisqu’ils ne sont composés que de deux médecins qui accueillent les malades et les dirigent au bon endroit. Les CCSU qui fonctionnent bien sont toujours adossés à un hôpital. Ce ne sera pas le cas. (hors article : de plus le financement de ces CCSU n’est pas prévu. Qui va payer ? Les communes qui ont déjà des difficultés à boucler leur budget ? )

Une population qui vieillit et augmente + des équipements publics moins nombreux + du personnel débordé = une grosse galère en perspective, le désert médical. C’est pas drôle, ça veut dire potentiellement des morts.

L’hôpital qui se fout de la charité

Côté administratif et financier, le projet est lancé. Les hôpitaux de Juvisy, Longjumeau et Orsay ont fusionné pour créer le Groupe Hospitalier Nord Essonne avec à sa tête, Guillaume Wasmer (tu te souviens que c’est un porteur du projet ? belle mémoire). Cette fusion a aussi été l’occasion de mettre en place un PREF (Plan de Retour à l’Équilibre Financier). Les économies, c’est un gros argument du projet. La rénovation (nécessaire) des trois hôpitaux actuels coûterait 300 millions €, la construction du nouveau 240. Les petits malins du Comité de défense doivent sûrement regarder le prix/kilo quand ils font leurs courses car ils conseillent de regarder le prix/lit. Et en effet : Rénovation 330 000 €/lit Versus Construction 575 000 €/lit. Mais vous comprenez, il n’y a pas d’argent magique.

Hôpital al ou pas al ?..

Tu te demandes si l’hôpital de Massy, d’Antony ou la clinique de l’Yvette seront toujours là en 2024 ? Oui, ils seront toujours là. Rappelons juste qu’il s’agit d’établissements privés. Augmenteront-ils leurs honoraires quand il n’y aura plus qu’un seul hôpital public dans le coin ?Continueront-ils de traiter les maladies jugées non rentables ? Libre à chacun⋅e de présumer de leurs intentions.

… »

Dores et déjà, par notre mobilisation, par le nombre de pétitionnaires, 56000 à ce jour, le projet ne file pas comme ils le voudraient. Ils sont obligés de faire des ajustements. Continuons, nous pouvons humaniser ce projet pour qu’il sorte de sa logique purement financière et réponde aux besoins de santé de la population du territoire.

Vidéo du petit ZPL sur les actions et demandes du Comité de Défense des hôpitaux publics en Nord Essonne

janvier 10, 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *