La lettre « I » de LGBTI+ signifie « intersexe ». Explication.

Vous avez probablement souvent entendu ou lu l’acronyme « LGBT », mais le sigle « LGBTI » vous est peut-être moins familier.

Près d’un individu sur 2 000 ne rentre pas dans la définition classique de l’homme ou de la femme en raison de différences anatomiques, que ce soit au niveau des organes génitaux, reproducteurs ou des chromosomes. Ces personnes sont dites « intersexes » — d’où la lettre « I » de LGBTI — et elles peuvent se considérer de sexe masculin, féminin ou indéfini. Tout comme les lesbiennes, les gays, les bisexuels et les transgenres, les personnes intersexes ont souvent du mal à être reconnues, traitées avec égalité et à faire valoir leurs droits humains.

Ces personnes ne sont pas aussi rares qu’on pourrait le penser, mais leur état n’est pas visible de l’extérieur. Et certaines ne découvrent qu’à la puberté qu’elles sont intersexes.

Ce qui les distingue, ce sont leurs caractéristiques biologiques uniques. Elles sont donc différentes des personnes transgenres dont l’identité n’est pas conforme à leur sexe de naissance. Paradoxalement, beaucoup de personnes intersexes subissent malgré elles des interventions chirurgicales et des traitements à base d’hormones, alors que les personnes transgenres doivent lutter pour les obtenir.

février 23, 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *