Alors que l’hôpital hurle sa souffrance, alors que plus de 1200 chefs de service et de structure ont annoncé mi janvier leur démission administrative

nouvelle grande manifestation nationale des hospitaliers

« déclaration d’amour » à l’hôpital public…

14 février à 14h

Parcours : Necker > Cochin > Pitié Salpêtrière

Appelée par les syndicats et collectifs de soignants pour réclamer au gouvernement l’« ouverture de véritables négociations » sur le budget et les salaires du secteur.

Il faut des lits, il faut du personnel, il faut que ceux-ci voient leur travail reconnu, y compris d’un point de vue salarial.

Un point de rupture est aujourd’hui franchi. La sécurité n’est plus assurée (coll inter hôpitaux)

Témoignage du Dr Demeret, Responsable Réanimation neurologique, Hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris

Maintenir et sauver notre système de soins doit être un choix de société. Qui estime que sa santé, son hospitalisation ou celle d’un proche gravement malade est trop coûteuse et qu’il faut y mettre un terme ?

lire ici

Vidéo 8’04 France culture 13/01/20 : Quelles conséquences pourrait avoir la démission collective de 1000 médecins et chefs de structures qui menacent de quitter l’hôpital ? Faut-il un nouveau plan hôpital ? Pour en parler, Guillaume Erner reçoit Agnès Hartemann, chef de service de diabétologie à La Pitié Salpêtrière à Paris. Elle est membre du collectif Inter-Hôpitaux et fait partie des 1000 signataire médecins chefs de service ou de structures hospitalières prêts à démissionner si des négociations avec la ministre de la santé, Agnès Buzyn, ne sont pas engagées rapidement.

voir ici

Le Parisien du 3/02/20 : Hôpital : cinq minutes pour comprendre les démissions administratives des médecins

lire ici

Les démissions administratives ont maintenant débuté

Vidéo : 19 démissions de chefs de service à l’hôpital Saint-Louis à Paris : voir ici

février 9, 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *