Le Groupement Hospitalier Nord Essonne a un nouveau directeur

Le projet de fermeture des 3 hôpitaux de Juvisy, Longjumeau et Orsay progressivement sur les 5 ans à venir et la construction d’un hôpital avec 1/2 moins de lits sur le plateau de Saclay est toujours d’actualité mais le discours est plus nuancé.

Le Comité de Défense des hôpitaux du NE, après avoir été reçu par le nouveau directeur du GHNE1 a été convié à participer à L’Assemblée Générale du personnel au centre hospitalier de Juvisy en mai.

Signe que nous sommes devenus un acteur reconnu.

Voici les éléments clefs de son message :

Le nouveau directeur

Le nouveau directeur du GHNE, Cédric Lussiez remplace Guillaume Wasmer, qui a déserté le navire après avoir initié un projet auquel il semblait personnellement attaché.

M. Lussiez a exercé les fonctions de directeur de l’hôpital d’Arpajon qu’il a remis sur de bons rails et qui fonctionne correctement. Toujours est-il que le contact avec le nouveau directeur confirme la réputation qui l’a précédé. Cédric Lussiez est plus à l’écoute, moins cassant, peut-être plus réaliste aussi.

Manque de médecins 

Il ressort de ses propos que le projet sur le plateau de Saclay correspond essentiellement à la volonté d’attirer des médecins sur un projet hospitalier innovant. Le département de l’Essonne subit comme l’ensemble du territoire national une désertification médicale qui va s’amplifier dans les années à venir au vu de la démographie médicale (50% des médecins de l’Essonne ont plus de 55 ans).

Les hôpitaux publics ont beaucoup de mal à recruter de nouveaux praticiens. Pourquoi les médecins désertent-ils nos hôpitaux publics ?

Une mauvaise organisation ? Des locaux mal entretenus ? Des conditions de travail rendues difficiles par manque de moyens ? Des revenus insuffisants ? Le manque de prestige du GHNE ? Que faut-il faire pour les attirer ?

Un nouveau projet qui se veut prestigieux mais très cher et largement insuffisant (voir ci-dessous) comme le propose le GHNE avec, en corollaire, l’abandon des trois structures hospitalières existantes ?

ou ne faudrait-il pas plutôt des conditions de travail améliorées pour tous par des investissements judicieux et réguliers  prenant en compte les besoins spécifiques de la population du territoire ?

La situation actuelle, très incertaine, n’incite pas les médecins à rejoindre le GHNE dans un climat de surenchère entre hôpitaux pour se « piquer » les médecins. Confrontés à un problème aigu de recrutement, les services peuvent être amenés à fermer.

Besoins sanitaires de la zone

La construction de ce nouvel équipement ne permettra pas, financièrement parlant, d’entretenir les hôpitaux de Longjumeau, Orsay et Juvisy et le projet actuel prévoit de désaffecter puis revendre les terrains pour abonder le budget du nouvel hôpital. Monsieur Lussiez admet toutefois que les services actuels ne suffisent pas à faire face à la demande de soin de la population. Au point qu’il est prévu de rouvrir des lits à Juvisy ainsi qu’à Longjumeau et à Orsay.

En effet, le manque de médecins de ville provoque l’afflux des patients vers les services hospitaliers.

Les suppressions de lits précédentes ont encore creusé le déficit du GHNE en le privant de recettes. De plus, il dit lui-même qu’en cas de crise sanitaire, la structure actuelle des trois hôpitaux serait inadaptée, insuffisante. Alors, d’ici 2024, ouverture de la nouvelle structure hospitalière sur le plateau de Saclay, avec moitié moins de lits……

L’ARS qui soutient jusqu’à présent le projet Wasmer doit tenir compte de ces impératifs puisque la santé publique relève de sa responsabilité.

Problèmes liés à la concentration géographique de l’offre de soins

Tout ceux qui ont l’occasion de se déplacer dans le secteur du Nord Essonne peuvent témoigner que le site du prochain hôpital est bien mal situé pour les habitants du Nord-Est de l’Essonne, les ambulanciers et pompiers ont immédiatement souligné ce problème. Rejoindre le plateau de Saclay depuis Juvisy un matin avant dix heures ou un soir de semaine par exemple peut s’avérer très difficile. Il en va de même pour les habitants du secteur proche du plateau de Saclay pour lesquels aucune proposition de transport en commun n’est réellement proposée pour que cet hôpital soit une structure de proximité.

Soumis aux caprices de la circulation routière, leur accès au plateau de Saclay sera difficile. Pour ceux qui ne disposent pas de voiture, il leur faudra compter sur leurs jambes. La Région Ile-de-France ne propose rien de probant pour l’instant. Quant aux hôpitaux voisins (Hôpital Sud Francilien) qui pourraient accueillir les populations éloignées, ils sont déjà saturés.

Et les CCSU2 ?

D’après M. Lussiez, ce type de structure n’est pas encore clairement défini. Celui qui a été expérimenté à Longjumeau pour le traitement des urgences peu urgentes ne fonctionne que grâce à la structure hospitalière qui subsiste à côté. Qu’en sera-t-il lorsqu’il sera perdu au milieu d’un désert médical ? Il est question d’ouvrir un CCSU plus « ambitieux » à Juvisy mais le projet est loin d’être défini.

Le projet de fermetures de 3 hôpitaux et la construction d’un petit excentré sur le plateau de Saclay, n’est pas aussi “ficelé” qu’il en a l’air.

Obtenir des structures de proximité qui réponde aux besoins de santé de la population tout en tenant compte de l’évolution de la médecine, reste notre préoccupation. Votre soutien et implication est nécessaire.

(1) GHNE : Groupement Hospitalier du Nord Essonne regroupant les hôpitaux d’Orsay, Longjumeau et Juvisy – Nouveau directeur depuis fév-mars 2019

(2) CCSU Centre de Consultations et de soins urgents – 3 CCSU sont prévus dans les villes de Longjumeau , Juvisy et Sainte Geneviève des Bois en remplacement des 3 hôpitaux . Leur financement n’est pas programmé. Des médecins de ville y interviendraient sur la base du volontariat.

Antenne du Comité de Défense des hôpitaux Nord Essonne pour le secteur d’Orsay-Les Ulis-Bures-Gif

juillet 7, 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *