Comment un industriel prend pied dans les hôpitaux français

Medtronic, le géant mondial des technologies médicales est un pionnier dans son domaine… Mais il emploie des méthodes offensives dans les hôpitaux. Il finance des équipements coûteux et prête du personnel en échange de contreparties.

Cellule investigation de Radio France – publié le 28 nov 2018 –

Https://www.franceinter.fr/economie/comment-un-industriel-prend-pied-dans-les-hopitaux-francais

version audio : Secrets d’info  du 01 déc 2018 – 36mn

https://www.franceinter.fr/emissions/secrets-d-info/secrets-d-info-01-decembre-2018


Il est écrit le 28 nov : « Interrogée sur ces pratiques, la ministre de la santé, Agnès Buzyn, reconnaît qu’elle découvre le dossier : “ça n’est pas normal que du personnel non-hospitalier rentre dans un bloc opératoire “. La ministre s’engage à prendre des mesures : ” la charte de la visite médicale qui est en train d’être négociée entre le comité économique des produits de santé et les industriels interdira ces pratiques “. Cette charte prévoit des sanctions financières pour les industriels et devrait s’appliquer en 2019. »

Vous y croyez ?

Le CHU de Rouen évoqué dans l’enquête audio ou l’hôpital Marie Lannelongue au Plessis Robinson sont pieds et poings liés et doivent réaliser un nombre d’actes médicaux minimum et une quantité d’achat de matériel incompressible.

On comprend les propos du Directeur du GHNE rencontré en février : la coronarographie de Longjumeau a été donnée à l’hôpital privé Jacques Cartier à Massy car les praticiens veulent aller là où sont les plateaux techniques modernes. Mais ensuite pour obtenir des consultations de cardiologues à Longjumeau, des négociations sont menées avec l’hôpital de Massy et avec l’hôpital Marie Lannelongue du Plessis Robinson. Ce sont des relations d’intérêt, « je t’envoie des patients, si tu me donnes des médecins ».

Marie Lannelongue doit faire du chiffre !

Qu’est ce qui a été négocié pour le futur hôpital du plateau de Saclay ?

mars 29, 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *